DÉFI CONTENTÉ N°1 : MOINS D’ÉCRANS

Vous aimez, vous, parler à quelqu’un qui est absorbé par son écran lumineux ? Vous aimez, vous, réaliser que votre premier réflexe quand vous vous ennuyez ou que vous attendez, c’est de sortir ces mêmes écrans lumineux ?  Vous aimez, vous, vous dire que le but dans cette histoire, c’est de vous occuper le cerveau pour neLire la suite « DÉFI CONTENTÉ N°1 : MOINS D’ÉCRANS »

LE CONTENTEMENT … ET L’ANXIÉTÉ

Je ne suis pas du genre hyper-stressée, dans la vie. Le peu de fois où j’ai vraiment connu un stress intense, c’était au moment des compétitions d’athlétisme étant petite, et des quarts-d’heure avant mes soutenances de mémoire pendant mes études. Je crois que de manière générale, relativiser et prendre de la distance ne me poseLire la suite « LE CONTENTEMENT … ET L’ANXIÉTÉ »

ÉPISODES CONTENTÉS, S02E01 : LE PAIN TOUVITE

Il y a une boulangerie dans un des villages pas loin de chez nous dont on aime tout particulièrement le pain. Il est parfait, avec sa jolie croute dorée, sa mie aérée mais pas trop, et son bon goût de pâte levée … Mais bon, quand on est un club de chômeurs et qu’il resteLire la suite « ÉPISODES CONTENTÉS, S02E01 : LE PAIN TOUVITE »

ÉPISODES CONTENTÉS, S01E03 : LE GEISSFELS

Ce n’est pas parce qu’on est plus à Hawaii qu’il n’y a plus de belles choses à voir … La semaine dernière, entre deux bons repas avec ceux qu’on aime, nous sommes allés sur les hauteurs Alsaciennes pour chercher la neige avec nos amis. Et franchement, on ne pouvais pas ne pas vous partager çaLire la suite « ÉPISODES CONTENTÉS, S01E03 : LE GEISSFELS »

J’AI PERDU LE NORD

Vous l’aurez sûrement remarqué … ou peut-être pas. Dans les derniers articles qui résument nos semaines depuis qu’on est à Big Island, je n’ai pas été extrêmement positive. C’est que, vous voyez, j’avais perdu le Nord. J’étais insatisfaite : Du travail à la ferme qui me donnait l’impression de perdre mon temps. De ma relationLire la suite « J’AI PERDU LE NORD »

DÉCÉRÉBRÉS

« Takeo avait été révolté de voir ces vêtements bradés au dixième de leur valeur, parfois même laissés pour rien, et il était allé noyer sa colère dans un bar à bière. […] – On a plus aucun respect pour les objets, tout est commerce, rapacité. Dans ces vêtements, il y a des heures de labeurLire la suite « DÉCÉRÉBRÉS »